Journée d’études AsTRES

Emploi et Travail dans le Tourisme : Approches pluridisciplinaires et comparatives

Conférence de l'Institut français du tourisme

7 janvier 2020

  • Paris Saint-Martin/Conté
Amphi Abbé Grégoire
Malgré le faible intérêt académique porté à la thématique de l’emploi touristique, celle- ci présente des enjeux forts, à la fois du point de vue de la recherche que celui des politiques publiques.

Selon Adèle Ladkin (Exploring tourism labor, Annals of Tourism Research, 2011), les quelques travaux consacrés aux liens entre tourisme et emploi sont essentiellement centrés sur le secteur de l’hospitality (hôtellerie). En sociologie, par exemple, la plupart des recherches portent sur  l’hôtellerie (Adler et Adler, 2004 ; Sherman, 2007) et sur le travail des femmes de chambre. Plusieurs travaux ont mis en évidence l’existence d’une division sexuée et raciale du travail dans les hôtels (Ferreira de Macedo, 2003 ; Ferreira de Macedo et Lada, 2006), l’extrême polyvalence des travailleuses qui ne se traduit pas dans un dépassement des inégalités de genre (Eckert et Monchatre, 2007, Monchatre, 2006), la sous-traitance de la main-d’oeuvre la plus faible sur le marché́ de l’emploi, c’est-à-dire des femmes immigrées (Puech, 2004), le lien entre le genre et les qualifications, les compétences et les perspectives de carrière du personnel dans les hôtels et les restaurants (Monchatre, 2010), la faible reconnaissance de la contributionapportée par les salariées à l’organisation (Testenoire, 2010). Plus récemment, dans le sillage des travaux de Sherman (2007), quelques sociologues (Beaumont, 2017; Menoux, 2016) ont mis en perspective l’analyse du travail et des professions dans l’hôtellerie de luxe avec l’étude microsociologique des relations entre les membres des classes sociales qui occupent des positions éloignées dans l’espace social. Des travaux portent aussi sur les guides, dans l’optique des interactions avec des visiteurs, souvent en contexte interculturel (cf. Noel Salazar, Doquet). Néanmoins, seulement quelques travaux ont entamé́ un dialogue entre la sociologie du travail, de l’emploi et des professions, et la sociologie du tourisme (Guibert et Slimani, 2011 ; Pinna,
2018 ; Réau, 2011).
Malgré́ le faible intérêt académique porté à la thématique de l’emploi touristique, celle- ci présente des enjeux forts, à la fois du point de vue de la recherche que celui des politiques publiques. La formation (notamment des personnels de contact – front office) a toutefois été abordée en management RH pour la GRC et la qualité́ perçue des entreprises touristiques (perspective de l’engagement, du vécu et de l’émotion au travail) (Chu & Murrmann, 2006).
Ainsi, travailler sur ces questions s’avère être un laboratoire des changements contemporains du monde du travail, permettant de comprendre les mutations plus générales des métiers de service et des formes de marché. Le tourisme se révèle, en effet, particulièrement sensible aux transformations numériques, ce qui a un impact direct sur la structuration du champ professionnel (concurrence des agences de voyage par les OTA, développement de l’accueil numérique, etc.), ainsi qu’à l’économie «collaborative» (dans les domaines des transports et des métiers de guide par exemple). D’autre part, travailler sur l’emploi dans le tourisme est une entrée privilégiée pour qui analyse les politiques publiques touristiques, dont l’un des objectifs est de faire de ce secteur économique en croissance un levier de la création d’emplois. Or, cet objectif se fonde sur des catégories institutionnelles floues, le secteur touristique regroupant un ensemble de filières et de métiers habituellement catégorisés, par les statistiques publiques, dans diverses branches professionnelles (hôtellerie-restauration, transports, loisir et animation etc.) (Céreq, 2006 ; Nogué 2013).

Cette journée d’études vise à approfondir trois axes de travail:

  • Questionner les « logiques » et les effets des catégorisations : catégorisations statistiques et indigènes (représentations), transformations juridiques et statut de l’emploi, catégorisation des emplois mais aussi des compétences;
  • Analyser les politiques du tourisme en matière d’emploi : dispositifs d’accompagnement, dispositifs de formations ; Politiques sociales;
  • Analyser les trajectoires et carrières des individus dans une perspective pluridisciplinaire: réappropriation des nouvelles formes d’emploi et statuts, modes de vie et temporalités, en particulier à l’aune de territoires littoraux. Les questions de saisonnalités et de genre seront tout particulièrement appréhendées.

Programme
9h30 : Accueil Café
9h45 : Ouverture par Olivier Faron (Administrateur général du Cnam)
10h : Conférences inaugurales et débats :

  • Michel Lallement Professeur du Cnam EPN Travail : Les enjeux de la recherche sur le travail et l’emploi en France
  • Dimitri Ioannides Professor & Head of Discipline of Human Geography Mid-Sweden University : Exploring the geographical dimensions of tourism work and workers
  • Thomas Amossé (CEET) & Bertrand Réau (LISE) : Retour sur le renouvellement des catégories PCS de l’INSEE. Les enjeux pour le tourisme.

12h : Déjeuner
13h30-16h : Emploi et Travail dans le tourisme : recherches récentes

  • Aurélie Condevaux/ Sébastien Jacquot (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : "Les nouvelles configurations du travail au prisme du tourisme: le choix de l'entrepreneuriat?"
  • Christophe Guibert (ESTHUA Université d’Angers) : Les configurations paradoxales de l'emploi touristique balnéaire"
  • Francis Lebon (Université Paris 5) : L’espace du « tourisme social ». Organisations, mobilisations, travail
  • Gabriele Pinna (Université de Sardaigne) : Formation, socialisation professionnelle et carrières dans le tourisme saisonnier en Italie. Le cas de la Sardaigne
  • Etienne Guillaud (Université de Nantes) : Entre "métier-passion" et impératifs marchands. L'engagement professionnel des éducateurs sportifs en nautisme sur lelittoral.
  • Diana Oliveira (ISTHIA-Toulouse) : La gestion des ressources humaines dans une destination saisonnière: le cas de l’Andorre. Quotas d’immigration et problématique de reconnaissance sociale des métiers de service.

16h-17h : Table ronde sur les enjeux de l’emploi dans le tourisme en France DGE (Direction Générale des Entreprises) Mission Professions du Tourisme Campus des métiers et qualifications en tourisme Centre Val de Loire AFDAS (Fonds d'Assurance Formation des Activités Spectacle, Cinéma, Audiovisuel, Loisirs, Publicité et Distribution Directe.) Ville de Paris Mission Partenariats et Tourisme
17h15 : Assemblée générale de l'Association AsTRES
Remise des prix du meilleur mémoire et de la meilleure thèse
 

ASTRES